Ma Tante et Moi 8 1ere partie

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Ma Tante et Moi 8 1ere partieVII – Nos vacances en Corse (1ière partie)Comme depuis de très nombreuses années, nous partons en vacances en famille l’été. J’avoue qu’au départ, je pensais plus partir avec des potes mais les récents événements avec ma marraine Sophie, ont changés la donne et c’est donc avec des idées derrière la tête que je pars finalement avec ma famille. Surtout que cette année, la destination est Ajaccio. Nous partons donc en voiture et nous faisons une halte chez une sœur de ma grand-mère qui habite près de Marseille où nous prendrons le bateau. Au total, nous sommes presque vingt à faire partie du voyage. Comme au retour, il est prévu de passer quelques jours chez la sœur de ma grand-mère et que je n’en ai absolument pas envie, je pars avec ma voiture. J’espérai pouvoir me débrouiller pour être seul avec Sophie mais c’est raté ! Je pars finalement avec un cousin qui à 14/15 ans, la fille de Sophie ; Lise qui est habillé d’une façon très provoquant avec un mini short qui moule son cul, et un débardeur qui ne cache pas grand-chose. Je vois assez vite qu’elle n’a pas de soutien gorge et encore moins de culote. Dans la voiture, il y a aussi Elina, une de mes autres cousines qui est toujours fourrée avec Lise mais qui est beaucoup plus timide et calme. Malgré tout, à force d’être avec sa cousine, elle semble être très excitée par les mecs. Elle porte un short plus correct que Lise et un jolie petit haut. Les filles ont 16 ans depuis peu. Malheureusement ma cousine préférée, Céline, ne peut pas venir car c’est parents ne s’entendent plus. C’est dommage car j’aurai beaucoup aimé faire des choses avec elle.Nous partons depuis le domicile de ma grand-mère où nous nous sommes retrouvés. Sophie était tellement belle que j’en ai eu une érection, elle portait une jupe mi-cuisse et un débardeur. Nous nous sommes fait une bise bien appuyée. Après avoir salué le reste de mes oncles, tantes et cousins/cousines, nous nous somme installée dans les voitures de manière à ne pas être trop serré. Une fois le convoi parti, nous commençons à discuter de tout et de rien. Lise est assise a coté de moi. Elina et mon cousin sont derrière. Lise étant ses jambes et les écartes un peu, d’où je suis, je vois pratiquement sa chatte. Je peux voir dans mon rétro que mon cousin ne peut s’empêcher de la mater. Cette petite salope semble prendre son pied à allumer tout le monde. Je remarque que mon cousin ne se prive pas de mater Elina aussi. Bien que celle-ci soit plus timide, elle est franchement plus jolie que Lise qui n’a que son cul et son attitude pour plaire. A force de parler de tout et de rien avec une grosse salope, la discussion finie par tombée sur le sexe. Lise nous avoue qu’elle a couché avec son meilleur pote pour la soirée de ses 15 ans et que depuis, elle a eu quatre autres partenaires âgées de 15 à 24 ans. Vu ma vie sexuelle, cela ne me dérange pas plus que ça mais je me rends compte que les deux autres sont gènes. A force d’assisté, Lise fini par savoir qu’Elina à déjà embrassé un garçon et que mon cousin n’a encore jamais rien fait, même si en fait on s’en doutait déjà vu sa timidité et son physique peu avantageux. Finalement le voyage se poursuit sans trop d’encombre et nous arrivons chez la sœur de ma grand mère. Après un repas interminable, les plus petits veulent aller voir la télé. Nous les accompagnons donc pendant que nos parents restent à table. Le salon n’étant pas assez grand, les petits sont par terre et les plus grands sur des canapés. Pour ma part, je suis assis sur un fauteuil un peu derrière tout le monde dans un coin. Je suis sur mon portable quand Lise et Elina entre à leur tour. Je remarque que Lise fait entrer sa cousine en première. Ainsi, Elina prend la dernière place vide. Je vois alors Lise qui me regarde avec un grand sourire et qui me demande si elle peut s’assoir sur mes genoux. Sans vraiment attendre ma réponde, elle est déjà assise sur mes genoux (de toute façon je n’allais pas dire non !). Elle s’assoit un peu de travers et pose ses pieds sur l’accoudoir. Elle fait aussi en sorte que ses seins soient bien à hauteur de mon nez. Je fais comme si de rien n’était mais elle commence à faire des petits mouvements du bassin qui font frotter son jolie petit cul contre ma bite qui gonfle instantanément. Elle le remarque et continue. Je pose alors ma main sur son tibia et la caresse discrètement, je remonte ensuite ma main jusque sur sa cuisse. Cette situation m’excite terriblement car elle me rappelle le début de nos aventures avec sa mère ! On continu notre petit manège un moment lorsque je sens sa main prendre ma bite à travers mon bermuda. Elle « branle » doucement ma bite. Du haut de ses 16 ans, elle est plus que douée niveau sexe. Elle semble même vouloir prendre le dessus sur moi et prendre le contrôle de la situation. Avec ma main, j’ouvre alors sa braguette et plante violement un doigt dans sa chatte. Elle pousse un gémissement qu’elle étouffe en faisant canlı bahis semblant d’éternuer. Je poursuis doucement mes va et viens quand j’entends la porte du salon s’ouvrir, je sors mon doigt et elle se remet plus droite sur mes genoux. C’est une tante qui vient nous dire que nous partons. Lise me glisse à l’oreille qu’elle aimerai que je la saute, mais je réponds qu’elle est ma cousine (comme si cela me gênerait, mais je ne sais pas trop pourquoi, je n’ai pas vraiment envie d’elle, surement parce que je préfère ma tante et aussi que tant qu’a baiser une cousine, je préférerai que ce soit Céline). Je lèche mon doigt et je m’aperçois qu’elle a exactement le même gout que sa mère ! J’entends Elina lui faire remarque que sa braguette est ouverte ! Nous prenons finalement la route et nous embarquons à bord du ferry sur lequel nous allons passer la nuit. Comme chacun a fait sa réservation, nous ne sommes pas tous cotes à cotes et comme nous ne nous sommes pas concerter pour savoir qui voulait dormir avec qui, chacun reste avec ses parents. Le lendemain, nous débarquons donc à Ajaccio et nous nous rendons à la villa que nous avons loué (enfin surtout nos parents). Il y a différent type de chambre avec un nombre de lits différents. Les petites cousines veulent évidement dormir ensemble, tout comme les cousins les plus jeunes. Il y a Elodie, une cousine à peine plus jeune que moi qui va dormir avec ma sœur, Elina et Lise. Nous sommes en froid avec cette cousine depuis que j’ai fait un léger assaut dans son lit une fois (si vous voulez, je pourrai vous raconter). Quand à moi je dors avec le cousin qui était dans la voiture et un autre de 19 ans. Sophie est dans la chambre juste à coté, mais cela va être difficile de se retrouver tout les deux. Finalement, nous allons à voir cette opportunité quelques jours plus tard.En effet, après trois jours à faire de la plage non stop, certains voulaient aller marcher dans la montagne, d’autres d’aller visiter la ville… Pour ma part, les trois options me convenaient. Chacun avait quasiment pris sa décision. Je ne savais pas quoi décider jusqu’au moment où Sophie me dit devant tout le monde avec un clin d’œil: « tu as l’air fatigué du voyage encore, tu devrais faire la grasse mâtiné demain comme tous les plus petits ne seront pas la pour nous réveiller ». J’ai donc immédiatement choisi d’aller à la plage puisque seule cette option allait me permettre de ne pas partir trop tôt. Finalement, seul un oncle, deux tantes (dont Sophie), deux cousins et trois cousines ont décidé d’aller à la plage. Les autres partent, à mon gout, bien trop tôt pour une journée de vacances.Le lendemain matin, je suis réveillé par mes deux cousins de chambre qui partent pour leur randonnée. Il n’est que 7h et je me rendors donc. Mais après un long moment, je sens quelqu’un se glisser sous le drap au bout de mon lit. J’entrouvre les yeux. La chambre est toujours plongée dans la pénombre mais au niveau de mes pieds,
je vois la moitié du cul de Sophie, qui ne prote visiblement qu’une nuisette, qui s’engouffre sous mon drap. Je sens sa main et ses lèvres parcourir mes jambes jusqu’à ma bite. Pour lui facilité la tache et pour éviter qu’elle soit trop visible, je replis mes genoux et écarte les jambes. Ainsi, le drap forme une sorte de tante au dessus de Sophie qui aura plus de liberté dans ses mouvements et qui ne sera surtout plus visible. Je sens mon caleçon glisser, puis la main gauche de Sophie saisi ma bite et commence à la branler tandis que son autre main malaxe mes couilles. Elle commence alors une pipe incroyable avec sa superbe bouche. Je suis en pleine extase lorsque l’on frappe à la porte. Mon autre tante qui est restée entre et me demande si j’ai vu Sophie ! Je lui réponds que non alors que cette salope n’a même pas arrêter de me sucer. Mais ma tante ne repart pas et me dis que les petits ne peuvent plus attendre pour aller à la plage. Je lui dis alors que Sophie est peut être parti acheter quelque chose. J’ajoute qu’ils n’ont qu’à y aller et que lorsqu’elle sera rentrée, nous les rejoindrons. Je pensais m’être débarrassé d’elle mais elle me dit qu’elle préférerai qu’on y aille tous ensemble. Avec Sophie qui me pompe toujours, je n’arrive pas trop à réfléchir. Je lui dis de me laisser 10 min pour me préparer et que d’ici là Sophie sera surement revenue. Elle accepte et quitte enfin la pièce.Sophie sort alors sa tête du drap et me fait un grand sourire complice. Je réponds à son sourire et je sors du lit. Elle n’a pas bougé, elle est donc à quatre pattes sous le drap. Je me place derrière elle, je place mon oreiller devant elle et la bloque sous les draps. Je soulève juste le drap derrière elle pour découvrir son cul. J’ai tellement envie de baiser que j’enfile directement ma bite dans son cul. Elle étouffe ses cris dans l’oreiller. Je regarde l’heure et il ne me reste que sept min pour la baiser et m’habiller (enfin enfiler mon maillot et un T-shirt). Je la bourre donc bahis siteleri à fond et sans retenu. Je m’agrippe à ses magnifiques hanches et la fourre à fond. Je la sens qui vibre sous mes coups de bites. Je la bourre ainsi depuis cinq minutes mais je n’arrive pas encore à jouir. Je lui dis et je sens alors sa main saisir la base de ma bite. Puis elle me malaxe les couilles pendants que je la fourre encore plus fort. Finalement je jouis dans son cul.Elle sort de sous le drap et se relève, j’enfile directement mon maillot et le T-shirt le plus long que j’ai pour cacher ma bite qui est encore dure et ma tante entre déjà pour me demander si je suis prêt. Elle est surprise de trouver Sophie ici qui est en nuisette. Sophie répond qu’elle était partie à la douche et qu’elle avait oublié de prendre son maillot et qu’en passant devant ma chambre elle m’avait vu. Elle part de suite mettre son maillot avant de recevoir d’autres questions de sa belle sœur. Avec la vitesse à laquelle j’ai enculé Sophie, j’étais encore tout essoufflé. Ma tante me le fit remarquer. Je lui dis que j’étais passé par la fenêtre pour éviter de faire tout le tour de la villa pour aller chercher mon maillot de bain et que l’escalade m’avait donné chaud. Même si elle ne sembla pas hyper convaincue, elle ne posa pas plus de question. Nous sommes donc partie à la plage. Une fois sur place, mon oncle fit remarquer à Sophie qu’elle avait un truc blanc au niveau des fesses sur le maillot (lui aussi mate son cul ! En même temps il est bien mieux que celui de sa femme). Ma tante lui confirma. Sophie paru assez gênée et se jeta rapidement à l’eau pour que cela ne soit pas plus visible. Evidement, avec l’eau mon sperme parti facilement. Ma tante se demande ce que ça pouvait être. Je lui ai dit que Sophie avait du s’assoir sur un rocher humide et qu’en séchant, son maillot été plein de sel. Sophie me regarde alors, visiblement soulagée par ma sortie.Quelques jours plus tard, nous étions sur une nouvelle plage. Adorant la plongée en apnée, j’étais parti « explorer » les roches qui étaient plus loin au large. Il y avait pas mal de petites grottes aquatiques où l’on pouvait se tenir à quatre pattes et avoir la tête hors de l’eau. Devant, il y avait aussi un banc de sable qui nous permettait d’avoir pied puisque la profondeur devait être d’environ 1m60. Je passai ma journée à nager dans ce coin. En début d’après midi, Elina qui en avait marre de passer son temps à mater les garçons de la plage avec Lise, me demanda si elle pouvait venir avec moi. J’ai bien sur accepté surtout que Lise était partie avec un jeune hollandais, soit disant pour nager lol. Le pire c’est que les autres membres de ma famille semblaient y croire, à part sa propre mère, Elina à qui Lise avait carrément dit ce qu’elle voulait faire, et moi. Nous sommes donc partis tout les deux. Lorsque nous sommes arrivés sur le banc de sable, elle s’est arrêtée. Nous étions alors à près de 500m de la plage. Elle me raconte alors que Lise lui à dit qu’elle allait coucher avec ce mec. Elle me demanda comment c’était de coucher, les sensations, le plaisir… Je lui réponds que le mieux c’est de le faire. Elle me dit qu’elle à peur que le mec ne s’occupe que de son plaisir et la prenne juste pour un objet. Je lui dis qu’un jour elle trouvera quelqu’un en qui elle aura confiance. Et là elle me dit qu’elle à confiance en moi. Pour ne pas compliquer la situation, je lui propose de suite d’aller sur le rocher ou d’en faire le tour. Elle choisi la première option. Une fois dessus, on commence à discuter. Nous sommes assis cote à cote. De la, il y a peu de chance que les autres nous observe mais dans le doute, je remarque que si je veux faire un truc avec Sophie, ce n’est pas ici qu’il faudra être. En discutant, Elina me confie qu’elle manque beaucoup de confiance en elle et qu’elle à peur d’aborder des garçons. Elle me dit aussi qu’elle se sent assez seule car c’est parents bossent tard le soir et elle est toujours toute seule le soir. Pour la consoler, je la prends dans mes bras, tout en restant assis côte à côte. Elle pose sa tête sur mon épaule et pose sa main sur mon torse. Je remarque qu’elle ne me laisse pas indifférent et la forme que prend mon maillot le confirme. Elle s’en rend vite compte elle aussi. Elle me dit que je pourrais peut être lui montrer ce que ça fait de coucher. Je lui dis que ce n’est pas le bon endroit ni le bon moment. Elle semble terriblement déçu et me demande juste de lui toucher les fesses où les seins par exemple. Elle me dit qu’elle sait ce que j’ai fait avec Lise l’autre jour et qu’elle ne voit pas pourquoi elle n’y aurai pas droit. J’accepte donc de la caresser un peu mais pas plus. Elle semble ravie. Pour ne pas être vu, on retourne alors sur le banc de sable où nous avons de l’eau jusqu’aux épaules. Pour ne pas attirer le doute, je me place derrière elle et elle tient son masque hors de l’eau avec ses mains. Ainsi, vu de loin, les autres auront bahis şirketleri l’impression que je la tiens car elle n’a pas pieds pendant qu’elle bidouille son masque. Je caresse alors ses cuisses, puis ses petits seins avec mon autre main. Cela lui provoque déjà des gémissements de plaisir. Elle me dit qu’elle veut sentir ma bite sans les maillots. Je rétorque qu’on n’a plus trop le temps mais elle me lance un regard qui me fait changer d’avis. J’ouvre alors la braguette de mon short de bain et glisse ma bite dans son maillot. Je sens le contact de sa petite chatte. Elle frissonne à ce contact. Je vois un oncle qui vient dans notre direction, je sors alors immédiatement. Elle me sourie et me dit merci. Lorsque mon oncle arrive, il nous demande ce que nous fabriquons. Elina répond qu’elle n’arrive pas à régler son masque qui prend l’eau.Ils repartent finalement tout les deux. Je demande à mon oncle de dire à Sophie que l’on pourrait rentrer à deux dans les petites grottes aquatiques de ce r
ocher et que comme ça elle peut venir et qu’elle n’aura pas à avoir peur de se retrouver seule dedans. Il accepte et me dit que comme ça ceux qui n’y sont pas venu pourront se rendre compte de leurs tailles et que Sophie osera peut être venir. En moi-même j’espère surtout que Sophie va comprendre mon idée. Je ne suis pas déçu car dès qu’ils atteignent la plage, je vois Sophie se lever et prendre son masque sous les applaudissements des autres. Elle me rejoint et me dit qu’elle espère voir de gros poissons ! Je l’entraine dans une des grottes que j’ai repérées. De la, personne ne peut nous voir mais nous nous pourrons voir si quelqu’un arrive. Nous pouvons y tenir à genou avec de l’eau jusqu’à la moitié du torse. Sophie me fait remarquer que l’on ne va donc pas pouvoir faire de préliminaires et ajoute tout de suite en enlevant mon maillot que ce n’est pas la peine. En effet, depuis que j’ai mis ma bite dans le maillot de ma cousine, je n’ai pas débandé.Je lui réponds que moi je peux lui faire quelques préliminaires et je dégrafe son haut de maillot et lui lèche les seins. Etant donné la configuration des lieux, nous n’avons pas trop le choix pour la position. Elle se place devant moi à quatre pattes. Je commence à la prendre doucement par la chatte. Elle me dit qu’elle préfère ça à la dernière fois avant d’ajouter que cette fois ci, elle aimerait avoir un orgasme. Je la pénètre donc tranquillement et je joue avec ses seins qui sont à moitié dans l’eau. J’accélère le mouvement. Je vais maintenant à un bon rythme et elle commence à couiner. Le problème c’est que dans la grotte, le son raisonne et il y a quelques bateaux qui ne sont pas très loin sur lesquels je vois des gens regarder dans notre direction. Je m’arrête alors net. Sophie me dit de continuer et qu’elle va faire mon de bruit. Elle y arrive un bon moment mais lorsque la jouissance augmente et que je prends son cul, elle hurle à nouveau. Je l’att**** alors par les cheveux et lui met la tête sous l’eau. Ce mouvement la fait cambrer et m’offre un super angle pour la prendre. Je sens qu’elle à besoin d’air, je relâche la pression de ma main, elle respire et couine à moitié alors je lui replonge la tête dans l’eau. Elle est tellement excitée qu’elle se caresse la chatte en même temps. Même si sa tête est sous l’eau, j’entends, ses cris et ses couinements. Finalement après avoir répéter ces gestes plusieurs fois, elle fait sortir ma bite de son cul et sors de l’eau. Elle me dit qu’elle n’en peut plus. Elle prend son tuba et va sous l’eau. Elle s’attend à ce que je la prenne encore mais j’ai une autre idée. J’appuis sur son dos avec mon pied pour qu’elle ne bouge plus et je me redresse le plus possible. Ma bite est alors juste au dessus de l’eau. Je prends sa main et la pose sur ma bite. Elle me branle alors violement. Je sens la jouissance venir et je place ma bite devant son tuba. Je rempli alors son tuba de sperme. Elle manque de s’étouffer mais elle avale tout ce que j’envoie. On remet nos maillots et on sort de la grotte. Elle me dit que l’eau à très bon gout par ici et qu’elle a vraiment pris son pied.Nous retournons sur la plage où les autres nous voient arriver. Mon oncle demande à ma tante si elle n’a pas eu peur. Elle lui répond qu’elle a adoré, qu’elle a vu plein de jolies choses et faites des choses qu’elles n’avaient pas encore faites. Evidement tout le monde pense à des trucs comme nager dans une grotte, faire de l’apnée… Quand on lui demande si elle retournera, elle répond que oui mais uniquement avec moi car il n’y a pas de place pour trois et que je suis un bon guide. Son mari me demande si elle n’a pas été trop difficile à emmener dans les rochers et à diriger. Je lui réponds qu’il fallait que je reste toujours très près d’elle ! Sophie me regarde avec un œil complice. Malheureusement, nous n’avons pas eu l’occasion d’y retourner rien que nous deux. Mais nous avons réussi à baiser encore ensemble pendant ses vacances. Je vous raconterai tout dans la deuxième partie. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, des remarques ou autres. Je suis toujours preneurs pour vous racontez au mieux ma vie ! Je vous rappelle mon adresse : [email protected]

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Yorum yapın