Exposé nu devant les amies de sa mère (2)

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Exposé nu devant les amies de sa mère (2)Quelques jours plus tard, Lucie, au moment du dîner, a une nouvelle proposition à soumettre à son fils : – Comme tu le sais, je suis prof d’éducation sexuelle et j’aimerais que tu m’aides. Les programmes du bac ont changé : dorénavant, l’étude des organes génitaux et de la sexualité humaine sont au programme de terminale, avec une partie importante de travaux pratiques. Plutôt que de présenter les parties intimes des deux sexes avec une vidéo, ce qui n’est pas très vivant, je préfère que ce soit de l’anatomie directe, avec des vrais gens et de vrais corps à partir desquels je puisse effectuer mon cours. Pour la partie féminine, c’est facile : je n’ai qu’à payer de ma payer de ma personne et montrer à mes élèves comment je suis constituée. Cela ne me gêne pas de me montrer à poil devant eux : je l’ai déjà fait, au début c’est un peu troublant, mais on s’y habitue très vite. Je trouve même cela plutôt excitant. Mais pour ce qui est de trouver un garçon, ce n’est pas si facile, car ils sont pudiques. L’année dernière, je croyais y avoir réussi, mais au dernier moment, quand il s’agissait d’enlever le caleçon devant toute la classe, il s’est dégonflé, intimidé par le regard des filles ! Il me faudrait quelqu’un qui aime s’exhiber nu, et c’est pour cela que j’ai pensé à toi, mon chéri. Tu veux bien ? – Te servir de cobaye, à poil devant des filles ? Pas de problème, Maman, j’en fais mon affaire ! On commence quand ? – Eh bien, en fait, dès demain : c’était un peu urgent. Donc, tu es disponible, mon chéri ? Tu n’as pas cours à ce moment-là ? – Peu importe ! Je ferais tout pour te dépanner, surtout dans ce domaine ! – Sacré Sam : toujours prêt à rendre service à sa maman adorée ! Je suis sûre que ma demande te fait solidement bander, joli polisson. – En effet, confirme le garçon en abaissant la braguette de son pantalon. Tu veux voir comme elle est dure ? Le membre viril jaillit du boxer en indiquant midi. En un clin d’œil, les vêtements volent à travers la cuisine et Sam est entièrement nu devant sa maman ravie de constater que son fils est plus un amant plus ardent, plus impétueux qu’aucun de ceux qu’elle a déjà connus. Il lui présente un phallus au gland aussi humide de rosée que l’est sa culotte à la vue du membre.– Faisons d’abord la vaisselle, propose-t-elle en sachant pertinemment qu’il ne pourra pas tenir jusque-là. Tu veux bien m’apporter les couverts au fur et à mesure que je les lave ? Elle se positionne devant l’évier qu’elle remplit, mais son fils ne tarde pas à soulever la robe à fleurs de sa mère avant d’abaisser la culotte aux talons, non sans avoir longuement humé ce vêtement avec délice, à genoux devant le carré de coton maternel tout humide des liquides de l’envie charnelle. Elle écarte un peu les jambes, de sorte qu’il a une vue imprenable sur le cul de celle qui lui a donné la vue, vue agrémentée des poils de la chatte observée de l’arrière. Dès lors, il ne peut s’empêcher d’écarter à deux mains, doucement, les globes fessiers afin d’insérer sa langue dans le sillon intime, en une balade imprégnée de salive dont la destination est bien-sûr l’orifice rectal. Lucie tressaille sous ces privautés qui font encore monter d’un cran son désir d’être baisée sans délai par son fils, et sait qu’elle ne pourra pas terminer sa vaisselle. – Tu aimes bien me léchouiller le derche, gentil coquin ! Oh, j’adore quand tu y enfonces ta langue, mon trésor. J’ai vraiment de la chance : il n’y a pas beaucoup de mamans dont le garçon s’occupe aussi bien d’elles que toi de moi. Tu es un véritable obsédé sexuel. Sam pousse son muscle buccal aussi loin qu’il peut dans le conduit anal, profitant à plein des puissantes fragrances féminines dont il est fou. – Tu sais, dit-elle en poursuivant sa vaisselle, tu as un bel outil, bien long et bien envahissant, dont tu peux te servir aussi, maintenant que tu as lubrifié mon cul. En fils obéissant, il se relève et présente le gland de sa bite humectée et turgescente devant l’accueillant trou de balle qui se présente la croupe relevée. Il saisit les hanches à deux main, et dans un han ! vigoureux, il empale sa maman d’un seul coup de trique sur toute sa longueur, puis il pilonne à grands balancements de reins, quitte à secouer sa partenaire qui est obligée de s’agripper à l’évier. – Ha ! Tu me fais mal avec ton gros gourdin, mais cela ne m’empêche pas d’aimer ce que tu me fais, mon doux trésor. Garde toi quand même de la réserve pour demain, parce que tu vas en avoir grand besoin. – Ne t’en fais pas, Maman : il me suffira de ne pas me branler plus d’une ou deux fois avant d’aller me coucher. Oh, je sens que ça vient. Tu vas voir : je vais te remplir les boyaux. Effectivement, son éjaculation est si copieuse que le trou déborde d’un foutre gluant mêlé d’un reste de merde, ce qui produit un liquide teinté de brun qui s’écoule lentement, en petites rigoles, sur les cuisses. Sam glisse ses mains entre les boutons de la robe afin de peloter les seins sous le soutien-gorge qu’il dégrafe afin d’agir à son aise. – Oh oui, continue comme ça, j’adore ce que tu me fais. Ah, je crois je vais venir, maintenant. Coincée entre l’abdomen musculeux de son fils et le bord de l’évier, elle ne peut plus bouger que ses bras dont elle se sert pour emprisonner les mains de Sam qui malaxent fermement ses nichons réjouis, durcis par les blandices, jusqu’à en éprouver un orgasme mammaire qui culmine dans un cri à déchirer les tympans. – Mon doux amour, je crois qu’un jour, tu me feras mourir de plaisir ! – Ne dis pas cela, Maman : je ne peux pas vivre sans toi, c’est impossible. Elle se retourne et ils s’embrassent en amoureux. Le pénis, qui ne bande plus que mollement, dégouline encore de quelques gouttes de sperme que Lucie recueille dans sa main avant de lécher le suc avec avidité. – Demain, dit-elle, nous allons montrer à tous ces petits jeunes ce que c’est que s’aimer vraiment. Et tant pis si on me reproche d’être une mère i****tueuse : j’assume ! – Personne ne pourra nous empêcher de nous aimer, personne. J’ai hâte aussi de m’exhiber à poil devant des filles, sous ta direction. En effet, il a retrouvé son érection magnifique et orgueilleuse d’Apollon mâtiné de satyre enfiévré à plein temps, et en profite pour relever de nouveau la robe de sa mère, puis l’assoir sur le bord de l’évier avant lui plonger derechef le vit au milieu de la fente vulvaire, sans qu’il soit besoin d’une préparation buccale. – Gourmand, va ! Il ne te restera plus de jus pour demain. – Crois-tu ? J’ai envie de te tringler toute la nuit, ma salope de maman adorée, murmure-t-il à l’oreille. – Si tu veux ! Dans ce cas, puisque tu es très en forme, commence par me prendre en levrette. Après, nous verrons la position classique du missionnaire, puis l’enclume, la balançoire… oooOoooLe lendemain canlı bahis matin, des cernes se dessine sous les yeux des deux amants, ce qui ne les empêche pas de se présenter au lycée afin d’assurer comme prévu le cours d’éducation sexuelle. Devant sa classe, Lucie présente son nouvel assistant : – Il s’appelle Sam, il se trouve qu’il est mon fils, et aujourd’hui il va m’aider à vous présenter les organes génitaux masculins, puisqu’aucun garçon parmi vous n’a voulu tenir ce rôle. A ce propos, je vous demanderais, Mesdemoiselles, d’éviter de vous moquer de Sam qui a fait l’effort de surmonter sa pudeur afin d’aider à votre formation en se présentant devant vous complètement nu. Ce discours n’empêche pas les petits sourires en coins et les coups de coude complices des filles, ravies de pouvoir admirer un garçon dans le plus simple appareil. Mais, dès lors que le slip est ôté et le sexe exhibé dans toute sa splendeur mâle, parfaitement levé grâce à l’excitation de se mon
trer ainsi, les ricanements font place à l’étonnement devant la taille du membre viril ! – Il faut aussi que je demande aux garçons de ne pas faire de complexes : mon fils, vous le voyez bien, est très bien équipé, bien plus que la moyenne. Donc, si le vôtre est moins gros, ne vous inquiétez pas : vous êtes parfaitement normal. Nous allons tout d’abord étudier l’anatomie de ses organes génitaux. Si vous ne voyez pas très bien de là où vous êtes, vous pouvez vous approcher : n’hésitez pas, particulièrement les filles. Lisa, Emeline et Clémentine, qui sont trois adolescentes délurées, profitent de l’occasion pour contempler de près les magnifiques génitoires qui sont offert devant leurs yeux ravis. « Elles sont animées par le plaisir d’apprendre », pense Lucie, ravie de l’effet que produit l’exhibition de son fils, et se félicite intérieurement d’avoir eue cette idée. – Donc, reprend l’enseignante, voici la verge, autrement appelée pénis, mais que l’on peut aussi nommer, dans la mesure où elle est en érection… qui connaît ce mot ? – Moi, clame Lucas. La bite ? – Non, c’est de l’argot. C’est le phallus. Encore une fois, soulignons sa taille nettement au-dessus de la moyenne… – Il fait quelle longueur, l’interrompt Clémentine ? – Eh bien, pour satisfaire ta curiosité, je te suggère de mesurer toi-même, lui répond Lucie en lui tendant un centimètre souple. La jeune fille effectue sa mesure sans se priver de palper coquinement les bourses, le gland et la base de la tige, ceci alors qu’une vingtaine de paires d’yeux son braquée dans sa direction : il n’en faut pas plus pour augmenter l’excitation du jeune cobaye tant et si bien qu’il est déjà proche de l’éjaculation et que quelques attouchements de plus suffiraient à déclencher un geyser spermatique. – Vingt-quatre centimètres, Madame. J’aurais aussi une question.– Dis-moi. – C’est quoi, le liquide qui s’écoule, là ? Il éjacule déjà ? – Non, le liquide que tu vois est de la rosée de désir. Cela sert à lubrifier, avant la pénétration, et comme son nom l’indique, il est émis par les hommes qui éprouvent le désir sexuel. L’enseignant en prélève quelques gouttes sur le bout de son index afin d’en faire connaître le goût salé à son élève qui fait la grimace, car elle n’aime pas – elle est en effet lesbienne et préfère les humeurs de filles dont elle raffole. Mais pour autant, elle ne dédaigne pas le corps masculin qu’elle admire volontiers, sans pour autant le consommer. – Bien, nous allons voir les différentes parties des organes génitaux masculins. La verge, ou pénis se décompose en une tige, et le gland qui se trouve à l’extrémité et dont le diamètre est plus gros. Cet organe possède une partie, le corps caverneux, qui se gonfle de sang sous l’effet du désir ce qui a pour effet de le rendre rigide, permettant ainsi la pénétration. Sans cela il ne lui serait pas possible d’entrer dans un vagin dont les parois sont à la fois trop souples et trop serrées pour y faire entrer quelque chose de mou. Bien, maintenant, regardez ces deux boules juste en-dessous. Qui peut me dire comment on les nomme ?Plusieurs lèvent la main. – Marion ?– Les testicules, Madame. – Très bien. Ce sont en effet les testicules qui sont au nombre de deux. Familièrement, on les appelle aussi les burnes, les couilles, les roubignolles, les roupettes, les valseuses, les baloches… Comme souvent dans le vocabulaire sexuel trivial, ce ne sont pas les termes qui manquent. Ils sont enfermés dans des replis d’une peau très sensible que l’on nomme les bourses, ou scrotum. Cette zone est très innervée. Regardez : il suffit d’un tout petit chatouillement à cet endroit pour déclencher un plaisir intense et renforcer l’érection. Ils sont également fragiles et provoquent une intense douleur au moindre choc. Qui peut me dire à quoi servent les testicules ? Aurélie ? – À produire le sperme, Madame. – Pas exactement. Ils produisent les spermatozoïdes, mais l’essentiel du liquide masculin provient d’un autre organe que vous ne pouvez pas voir parce qu’il est à l’intérieur de l’abdomen et que l’on nomme… qui le sait ? Personne ne répond. – Cela s’appelle la prostate. On a aussi les glandes séminales qui sont plus petites. La prostate n’est pas aussi accessible que les testicules, mais on peut la sentir en glissant un doigt dans l’anus et en l’orientant vers l’avant, comme cela. Il faut bien lubrifier, avant, par exemple avec de la salive mais on peut aussi utiliser un lubrifiant à base d’eau qui prévient les irritations toujours pénibles. On peut même presser et masser la prostate ce qui déclenche un plaisir spécial. Mon fils aime beaucoup cela, et je le stimule souvent de cette manière. Parmi les garçons, qui parmi vous a déjà donné ou reçu un massage de prostate ?Karim et Luc lèvent le doigt : ils sont homosexuels, vivent en couple et s’enculent régulièrement entre eux. Lucie aurait bien aimé qu’ils présentent à toute la classe leur façon de s’aimer avec une démonstration de sodomie, mais les deux jeunes gens sont pudiques et ne veulent pas exhiber leur sexualité. A défaut, chaque élève est invité, chacun à son tour, à se lever pour glisser un doigt dans l’anus de Sam afin de sentir la prostate. Certaines filles, qui ont reçu une éducation puritaine, rougissent d’avoir à explorer ainsi l’antre intime d’un garçon dont les moindres détails anatomiques sont exposés en pleine lumière, mais d’autres sont très excitées et auraient bien voulu poursuivre cette action jusqu’à la partouze généralisée où chacun se mélangerait sexuellement avec chacune, professeure comprise. Pour chaque fille pratiquant ce geste, la verge de Sam se tend un peu plus durement. – Bien, dit Lucie, il est temps de passer à la suite. Sam va se masturber devant vous afin de recueillir son sperme. Vous verrez qu’il peut en émettre une certaine quantité que nous allons mesurer bahis siteleri avec cette éprouvette graduée. Pendant ce temps, les filles, vous pouvez vous approcher pour mieux voir comment il pratique pour se stimuler à l’aide de ses mains. Si vous voulez, vous pouvez lui caresser les bourses voire continuer le massage de prostate, en même temps. Tandis que son fils se livre au plaisir avec l’aide de ses élèves, l’enseignante est si excitée par la scène qu’elle ne peut s’empêcher de glisser discrètement une main sous sa robe, dans sa culotte, afin de satisfaire l’appel pressant de son clitoris incandescent. Lorsque, dans un tressaillement, elle atteint le spasme, ce qui a lieu très rapidement, il lui faut produire un grand effort pour rester discrète. Cependant, certains élèves ont remarqué son trouble. Elle se dit alors qu’après tout, sa pudeur est absurde, parce que la prochaine séance sera consacrée à une démonstration de la partie féminine de la chose, avec également de l’anatomie directe, mais basée sur sa personne… Bien qu’il soit très excité, Sam éprouve quelque difficulté à finir sa masturbation, à cause d’un surmenage sexuel de ces derniers jours. Pour l’aider et parce que la fin du cours approche, sa maman se met à genoux et lui lèche les bourses d’un mouvement rapide bout de la langue, en se positionnant de manière à ce que toute le monde puisse bien voir ce qu’elle fait, ainsi que les mouvements de la main qui parcourent frénétiquement la verge. Ce contact électrise immédiatement le garçon, qui sent monter en lui une intense brûlure annonçant un orgasme d’autant plus puissant qu’il sait que des filles le regardent avec beaucoup d’intérêt. Quand Lucie s’avise que le sperme est sur le point de jaillir, ses doigts remplacent sa bouche afin de peloter la peau très sensible qui recouvre les testicules, et l’autre main positionne l’éprouvette devant le gland, prête à recueillir la semence. Quelques filles, encouragées par leur enseignante, s’approchent. Il bascule en arri
ère, couché sur la table, jambes écartées, afin que l’ensemble de son bassin soit accessible aux coquines explorations des élèves curieuses qui se pressent autour de lui. Lisa a glissé de nouveau son doigt dans le petit trou anal afin de masser la prostate. Une autre fille caresse le torse et une troisième les pieds. Tant de stimulations en même temps finissent par déclencher un orage sensuel dans tout le corps du garçon qui, dans un gémissement désespéré, le visage déformé par la puissance de l’acmé, expulse en plusieurs jets jusqu’à son ultime goutte de sève. Juste à ce moment-là, la cloche sonne, annonçant la fin de l’heure de cours. – Déjà, dit l’enseignante en buvant d’un trait le contenu de l’éprouvette ! J’avais l’intention de vous faire observer le sperme au microscope pour que vous puissiez voir gigoter les petits spermatozoïdes, mais nous n’avons pas le temps. Tant pis. Bon, prenez vos agendas : pour la prochaine fois, vous allez tous et toutes vous masturber en demandant à votre maman ou à une grande sœur, pour les garçons, ou à votre papa ou à un grand frère, pour les filles – vous pouvez bien-sûr inverser si vous êtes homosexuels – de vous prendre en photo pendant que vous vous touchez le sexe. Pour cela, vous vous mettrez complètement nu et vous noterez sur la photo les différentes parties de vos organes génitaux que vous aurez pris soin de prendre en gros plan, comme nous venons de le voir. Également, pour les garçons, vous amènerez un échantillon de votre sperme dans un flacon. Surtout, n’oubliez pas de faire vos devoirs sérieusement, sinon je vous obligerai, à coups de cravache s’il le faut, à vous masturber complètement nu devant toute la classe : tant pis pour vous si vous êtes pudiques.Le cours est terminé. C’est la récréation. Dans la classe désertée par les élèves, Sam reste nu devant sa mère.– A te regarder te voir gicler comme ça, j’ai la chatte en feu, soupire-t-elle en soulevant sa robe. S’il-te-plaît, suce moi, je ne peux pas attendre. – Bien-sûr maman ! J’ai vraiment adoré être nu devant ta classe, et plus encore me branler sous le regard des filles. J’ai joui comme un fou, c’était fantastique. Dis, on recommencera ?– Si tu veux, mais la prochaine fois, ce sera à moi de me mettre toute nue pour présenter mes parties sexuelles. Mais on devrait aussi avoir le temps de faire une petite démonstration de baise, dans différentes positions, sans aller jusqu’à exposer tout le Karma-Sutra. Il retire la culotte de sa mère, allongée sur le dos sur une table du premier rang, les cuisses relevées qu’il maintient écartées largement en tenant les genoux à pleines mains. – Hum ! Tu sens délicieusement bon la mouille ! Ta culotte est une vraie serpillière. – Il faut dire que tu m’excites tellement quand tu t’exhibes devant toute la classe. Ton absence totale de pudeur me met le feu au cul. Ah ! Continue, c’est trop bon, ce que tu me fais ! Sam a trouvé une façon d’aspirer le clitoris de sa maman entre ses lèvres qui est particulièrement source de volupté. La belle enseignante, rapidement prise sous le feu de la jouissance, ne peut s’empêcher de pousser de petits cris de plaisir qu’elle essaie cependant de faire en sorte qu’ils soient les plus discrets possibles. – Je vois que tu bandes encore, grand coquin, dit-elle, malgré tout ce que tu as déjà juté… Quel étalon tu fais ! Insatiable ! – C’est parce que tu es belle et que tu m’excites énormément avec tes séances d’exhibition publiques. Une femme entre dans la classe. C’est une jeune professeure de mathématiques qui, attirée par les feulements de joie de sa collègue, est entrée pour admirer le spectacle. – C’est ton fils, n’est-ce-pas ? Il est mignon et plutôt viril et musclé ! Ne vous dérangez pas pour moi, continuez ! L’i****te m’excite particulièrement. Cela ne vous ennuie pas de baiser sous mes yeux ? – Pas du tout, dit Sam, au contraire. Ça te dérange, maman ? – Non, tu peux me regarder, Corinne. Et même te branler en même temps, si tu veux ? – C’est vrai, je peux ? C’est gentil : j’en mourais d’envie ! – Il ne fallait pas te gêner, c’est naturel. Tant qu’à faire, elle se met nue entièrement, en rangeant soigneusement ses habits sur le dossier d’une chaise. Elle est grande, très belle, avec de longs cheveux bruns et de beaux yeux noirs brillants de désir, sans oublier des seins ronds et superbes dont les pointes orgueilleuses se dressent vers le haut. Elle sort un vibromasseur rose de son sac à main, un engin à piles de forme phallique qu’elle enfonce directement dans son vagin déjà lubrifié par l’excitation, en se positionnant de manière à ce que son sexe soigneusement épilé soit bien visible du couple en face d’elle. Pendant ce temps, Sam invite sa mère à se mettre à quatre pattes sur le bureau. Après lui avoir fiévreusement ôté les derniers vêtements bahis şirketleri de sa maman chérie, c’est à dire corsage et soutien-gorge, il écarte à deux mains les globes fessiers et enfonce son membre fièrement turgescent dans le cul maternel. Le troufignon se dilate progressivement pour accueillir le long braquemart qui finit par disparaître entièrement dans l’ouverture sous les coups de pilon répétés. À chaque secousse dont la fréquence augmente graduellement, elle pousse un ah ! de volupté sonore. Le garçon, qui sait que le temps lui est compté, ne cherche pas à se retenir : il ne tarde pas à garnir le rectum de sa mère de sa copieuse sauce blanche tout en tenant fermement les hanches.Corinne ne perd pas une miette de ce spectacle de fornication i****tueuse qui, combiné aux intenses vibrations que son engin communique à son vagin, lui procure un orgasme puissant, grâce auquel sa mouille se répand sur la table en une petite flaque odorante et tiède. Comme Sam est très gourmand de ce liquide, il ne peut s’empêcher de venir le laper, y compris sur les cuisses roses de la jeune et belle professeure de mathématiques. Celle-ci, surprise et chatouillée, rit d’une façon sonore. – S’il-te-plait, lèche-moi la chatte, supplie-t-elle au garçon ! – Je ne sais pas si je te prête mon fils, objecte Lucie. Il est à moi, rien qu’à moi. Corinne se met à genoux et lève un regard implorant vers le couple, puis baise les pieds de l’un puis de l’autre, alternativement. – D’accord, consent Lucie, mais ce sera devant toute ta classe. De toute façon, la cloche vient de sonner : elle commence maintenant. Tu auras les yeux bandés.– Je veux bien, même si je dois être la risée de tous. Tout ce que tu veux, mais suce-moi, par pitié, toi ou ton fils… La mère et le fils se rhabillent, tandis que Corinne, restée nue, s’allonge sur la table destinée à l’enseignant, sur le dos, le sexe tourné vers les élèves qui s’installent progressivement. Ils sont étonnés de constater que leur jeune professeure de mathématiques, d’ordinaire vêtue de manière stricte afin de faire respecter son autorité, est complètement nue. – S’il-vous-plait, un peu de silence, réclame Lucie. Mademoiselle Lefait, votre professeure de mathématiques, est en ce moment prise d’un désir soudain et urgent de recevoir de la part de mon fils un cunnilinctus. Il va donc la satisfaire sans délai. Pendant ce temps, vous pouvez réviser votre cours, ou bien, si cela vous inspire, vous pouvez aussi vous branler ou baiser entre vous, bande de petits coquins lubriques. Mais ne faites pas trop de bruit pour ne pas gêner les cours voisins. Avec l’application d’un bon élève, Sam commence son bucco-génital. Sa mère le surveille et le conseille : – Tu devrais mettre un ou deux doigts à l’intérieur de son vagin. Voilà, comme ça, doucement. Fais attention à tes ongles et tes dents pour ne pas la blesser. Maintenant, elle se cambre : tu vas voir, elle va bientôt jouir. Naturellement, avec un tel tableau sous leurs yeux, garçons et filles n’ont nulle envie de réviser leur cours. Les mains se glissent d
ans les caleçons et le culottes, d’abord discrètement, et le brouhaha se transforme en un concert de discrets gémissements de plaisir. Pour être plus à l’aise, les garçons descendent leur braguette et sortent leur oiseau dressé afin de l’astiquer avec soin, ce qui inspire les filles pour baisser leur pantalon ou remonter leur jupe afin de frotter des doigts gourmands aux creux des triangles intimes sur des clitoris affamés. Celles et ceux qui s’aiment bien s’en vont par deux, tendrement couchés sur leur table dans différentes positions, et les vits excités fourragent gaiement dans les gaines vulvaires, parfois pour la première fois. Les plus téméraires, s’encourageant entre eux, s’essaient avec bonheur à la sodomie. La scène est si charmante que les plus timides, celles et ceux qui n’osaient pas se branler de peur qu’on voie leur quéquette ou petit con bien fermé, se lancent également à corps perdu dans cette partie fine. Bientôt, la salle de classe n’est plus qu’un vaste lupanar où l’orgie lycéenne bat son plein dans un déferlement de foutre répandu sur le sol. Toutes les filles qui l’avaient encore viennent de perdre leur pucelage et en redemandent encore à des garçons qui n’en peuvent déjà plus. Corinne, sucée comme jamais par une langue experte, pousse des hurlements de joie malgré la consigne de silence de sa collègue. Cette désobéissance aura des conséquences : le bruit ameute les enseignants des classes situées à proximité. Le proviseur, appelé d’urgence pour faire cesser le scandale et rétablir l’ordre moral qui a été quelque peu bafoué, entre en coup de vent et, dans sa précipitation, dé**** sur une flaque de sperme traîtreusement déposée juste derrière la porte par un lascar excité à la semence particulièrement abondante et glissante. Il essaie de retrouver son équilibre en attrapant les seins de la belle Corinne, mais il n’y parvient pas, car les mamelons ont été lubrifiés de semence par un autre gaillard. Sa chute est inexorable. Comme il se reçoit mal, il se casse une jambe : on appelle les pompiers. Toutes sirènes hurlantes, ceux-ci arrivent rapidement, comme il se doit. Mais au lieu de porter secours à la victime qui pourtant pleure et geint, leur capitaine avise la jolie enseignante couchée nue sur le bureau, les yeux toujours bandés, suppliant qu’on lui vienne en aide d’une manière charnelle. Sans capote, au risque de sa vie – les sapeurs-pompiers n’ont-ils pas fait vœu de sauver ou périr ? – leur courageux officier abaisse derechef le pantalon règlementaire de son uniforme afin de plonger sa virile lance à incendie au cœur du foyer embrasé, tandis que le proviseur, misérablement allongé sur le sol, agonise en râlant dans d’intenses souffrances, tout en constatant que l’orgie qu’il venait faire cesser ne fait en réalité que s’amplifier.Les autres pompiers, moins gradés, ont néanmoins la possibilité de jeter leur dévolu sur de très jolies lycéennes. Parmi ces fiers soldats du feu, il y a une femme qui trouve Sam tout à fait combustible : elle décide immédiatement de le secourir. Il faut au garçon le rassemblement de ses dernières forces viriles pour la baiser convenablement, épuisé qu’il est déjà d’avoir tant forniqué. La pompière est mignonne, ce qui aide bien, et sait pratiquer un pompier, ce qui est une compétence utile dans ce métier. Elle pompe donc avec vigueur et conviction, tant est si bien qu’elle avale une bonne rasade de sève que le garçon éjacule debout, slip et pantalon sur les talons, au garde-à-vous devant la belle pompelarde qui a le grade d’adjudant. Quelques mois plus tard, la belle Corinne, enceinte du capitaine des pompiers, à moins que ce soit de l’un de ses subalternes qui s’est occupé d’elle ensuite, ou bien d’un lycéen préférant ses grâces à celles des plus jeunes, partira en congés de maternité. Son fils s’appellera Florian, le saint patron des gens du feu, et dix-huit ans plus tard, elle aura une relation charnelle et passionnée avec lui. Mais ce sera une autre histoire…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Yorum yapın